Métiers traditionnels

Métiers traditionnels, métiers d’avenir…

Publié le novembre 29, 2016 | Par Pénélope | Orientation

Avocats, boulangers, infirmiers, restaurateurs… Les métiers traditionnels qui traversent les âges accusent une pénurie chronique de talents, au profit de la nouvelle économie drainée par les Nouvelles Technologie de l’Information et de la Communication (NTIC). Le marché de l’emploi pour ces fonctions vitales devrait rester tendu à moyen terme, et pourrait même enregistrer un gap conséquent entre les départs à la retraite et les nouveaux entrants… Zoom sur ces métiers ancrés dans l’ADN de l’économie française.

Ces professions sur lesquelles il faudra toujours compter

L’amalgame on ne peut plus répandu entre la récence d’un métier et ses perspectives d’embauche a encore de beaux jours devant lui. Certains métiers existent depuis de nombreuses décennies, ce qui ne les empêche pas de manquer de bras. C’est notamment le cas de la justice, qui enregistre annuellement des baisses drastiques de nouveaux avocats, juristes, magistrats et autres notaires. Il en va de même pour les métiers de la santé. La pénurie d’infirmiers, de responsables de soins à domicile et des médecins voit ses retombées décuplées par le vieillissement de la population. De même, devenir agent immobilier garantirai des opportunités d’emploi en nette augmentation, à en croire l’étude menée par l’IMSI sur les métiers « qui embaucheront à tour de bras ». Sur un tout autre registre, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social déplore le délaissement dont souffrent les métiers de la pâtisserie et de la gastronomie, allant jusqu’à envisager des subventions à la formation. Enfin, notons l’aggravation du déficit en matières de collecte et traitement des déchets, tant sur le volet formation que sur le plan professionnel.

Ces métiers qui résistent aux aléas du temps

Bien que relevant surtout de la tradition familiale et de savoir-faire générationnels, certains métiers d’antan résistent et se fraient, tant bien que mal, un chemin parmi la déferlante des fonctions de la nouvelle économie. L’armurier est en voie de disparition, accusant la diminution drastique du nombre de chasseurs et des territoires de chasses. Les facteurs verront leurs effectifs réduits de plus du tiers à l’horizon 2022, en partie à cause de la concurrence féroce des solutions numériques et des sociétés de transports. Aussi, les agences de voyage ne cessent de voir leurs chiffres d’affaire décroître, en raison de la multiplicité des offres en B to C qui exonèrent des frais intermédiaires…

L’évolution de la carte des emplois adopte une courbe de plus en plus volatile, et les opportunités créées par les nouvelles technologies de l’information bousculent la donne, et concourent à l’apparition de nouvelles professions au détriment d’anciens métiers…

Vous aimez cet article ? Partagez-le!

À Propos de l'Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *