Formation continue

La formation continue : le pourquoi du comment

Publié le novembre 25, 2016 | Par Pénélope | Orientation

Reprendre les bancs de l’école après avoir plongé tête la première dans le monde de l’entreprise. C’est le premier dessein de la formation continue, qui concoure activement depuis de nombreuses années à la concrétisation du droit à la formation quel que soit l’âge du candidat. Contrairement à la croyance ambiante, elle peut très bien revêtir la forme de l’autoformation. Cependant, pour officialiser les enseignements reçus, il s’agira pour l’employé ou le demandeur d’emploi de poursuivre un cursus selon des modalités proches de celles de la formation initiale. Décryptage…

L’autoformation : l’autonomie poussée

On en fait tous. En déambulant sur Wikipedia au gré des hyperliens ou en autodiagnostiquant ces maux sur Doctissimo, l’internaute et de plus en plus enclin à s’informer tout seul. Connue également sous le patronyme d’autodidaxie, l’autoformation a l’avantage de ne pas imposer un rythme au formé. Si cette absence de contrainte temporelle est à priori aguichante, elle reste néanmoins à nuancer, car elle s’accompagne le plus souvent d’un manque d’efficacité conséquent au désir de procrastination qui peut nous animer. Au sens commun, l’autoformation se présente comme un « processus autonomisant de mise en forme de soi, centré sur la personne ou le groupe, étayé sur le collectif ».

La formation continue conventionnelle: l’initial aménagé

Régie par la 6ème partie du code du travail pour le secteur privé, elle concerne, en plus des salariés du privé et des demandeurs d’emploi, les fonctionnaires et les professionnels de santé soumis au DPC. En France, elle est surtout financée par les entreprises et se chiffre environ à 30 milliards d’euros par an. Ce coût stratosphérique est d’ailleurs régulièrement remis sur la table par les détracteurs de la formation continue, qui jugent que les résultats économiques obtenus par les investissements en formation sont faibles. Bien que de nombreuses entreprises rechignent de plus en plus à former leurs employés, ces derniers peuvent prendre l’initiative et bénéficier d’un congé individuel de formation (CIF). De nombreuses écoles supérieures proposent ce genre de formation.

Vous aimez cet article ? Partagez-le!

À Propos de l'Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *